jeudi 17 janvier 2013

Et si vous arrêtiez le cuir, ERAM ?


Bonjour,

Vous avez été sollicités par l’association « Envol Vert »  dans le but que vous cessiez d’utiliser du cuir provenant  d’élevages mettant en péril la forêt amazonienne qui est, là aussi, déboisée.

Je salue l’initiative de cette association écologique car la déforestation est bien un des problèmes majeurs quant à la survie de notre planète mais je la salue en partie seulement.

En effet, comme bien des associations écologiques, il y a une négation évidente de la souffrance animale d’une part et de l’exploitation ou même l’utilisation d’animaux d’autre part.
Je vous invite donc à faire preuve d’avant-gardisme en bannissant  le cuir de vos produits et cela quelle qu’en soit la provenance.

Vous n'êtes pas sans savoir les conditions dans lesquelles la production du cuir s'effectue mais il n’est peut-être pas inutile de vous le rappeler (voir ce tract)


Et quand bien même l’élevage serait effectué dans les meilleures conditions possibles de bien-être pour les animaux, il n’en reste pas moins que cette pratique serait intolérable parce qu'utilisant des êtres sentients à laquelle nous prendrions et leur liberté et leur vie. Les nazis ont utilisé de la peau d’humains pour faire notamment des abat-jours, c’est un acte horrible et décadent qui frappe  la bonne conscience humaniste et pourtant, c’est bien ce que nous faisons avec les animaux dont nous arrachons notamment la peau pour en faire, par exemple, des chaussures !

Vous me répondrez qu’il doit y avoir une différence de considération  entre l’humain et l’animal.  Pourtant cette différence de considération  est une discrimination, comme toutes les autres,  qui prend son essence dans la domination d’un groupe en se basant sur des différences réelles ou fictives  pour opprimer un autre groupe. Cette discrimination se nomme le spécisme et admet une inégalité selon les espèces.
Ainsi des intérêts très secondaires de l’espèce dominante (l’espèce humaine)  comme celui de porter des chaussures en cuir est  perçu comme bien supérieur aux intérêts de vivre libre et de ne pas mourir pour l’espèce exploitée.
Et pourtant, vous serez bien d’accord avec moi qu’il est bien futile de porter une paire de chaussures en cuir alors que cela engendre souffrance, stress et mort d’êtres;
C’est même bien en-deçà de la futilité et cela devrait interpeller  tout autant notre conscience que d'avoir appris avec effroi que des humains avaient utilisé de la peau d’autres humains, jugés inférieurs, pour faire des abat-jours !

En conclusion, je vous remercie bien vivement et par avance de vous arrêter sur mon message qui, si vous le lisez en toute objectivité ne pourra que vous amenez à porter un autre regard sur les animaux et à mieux prendre en compte leurs intérêts vitaux en n’étant plus un acteur de leur exploitation.

Bien sincèrement
Dominique Joron
Leur vie ne nous appartient pas – centre ouest
http://lvnnap-co.blogspot.fr/


Campagne en ligne aussi sur Facebook et Vegedia