jeudi 7 novembre 2013

Cirque / réponse de la députée Brigitte Allain et notre réponse

Madame, Monsieur,
 
Vous avez souhaité m'alerter sur la condition des animaux domestiques et d’élevage et je vous en remercie.
 
En tant qu'écologiste, en effet, je suis très sensible à la question de la souffrance animale et je partage votre souhait d'amélioration de la législation française en la matière : les pratiques brutales, cruelles et indignes à l'égard des animaux doivent être proscrites.
 
Europe Ecologie-les Verts a d'ailleurs prévu dans son programme de mandature la présentation au Parlement d'une loi sur les droits et la protection des animaux (loi DPA), pour proposer notamment une nouvelle définition du statut animal dans le Code civil, afin que les animaux soient reconnus comme des êtres sensibles, et non plus seulement comme« biens meubles » ou « immeubles ».
 
Quelle que soit la finalité de l'élevage d'un animal (agriculture,  animaleries, etc.), à minima, les règles de bien-être animal doivent être strictement respectées. Je veille à ce que ce soit le cas concernant l'agriculture, en défendant des pratiques d'agriculture durable et biologique, face à une agriculture industrielle déshumanisée, dont une des nouvelles idées a été un projet de ferme de 1000 vaches dans la Somme, et les exemples sont multiples.
 
La culture française est encore le théâtre de pratiques violentes envers les animaux. Dans les cirques, les arènes de corridas, les gallodromes de combats de coqs, ou les delphinariums, des animaux continuent d'être maltraités ou tués au motif de la seule distraction de quelques-uns, ou au prétexte de traditions ou de pratiques artistiques. Les acteurs de loisirs qui utilisent des animaux ne doivent pas s'autoriser des pratiques violentes et cruelles.
 
Nous nous devons également de lutter contre le trafic d'animaux, contre lequel vous me mettez en garde, en prévoyant la mobilisation des forces  de police (y compris les douanes et la gendarmerie).
 
Je ne manquerai pas de vous tenir informée du travail des écologistes qui s'empareront, au sein de l'Assemblée nationale, de ces enjeux.
 
Dans cette attente, permettez-moi de vous témoigner de mon soutien pour améliorer le bien-être animal et mettre fin à des pratiques cruelles, tout en encourageant l'éducation et la sensibilisation de toutes les générations pour une meilleure préservation de la biodiversité.
 
Je vous prie de recevoir l'expression de mes sincères salutations.
 
Brigitte Allain,
Députée de la Dordogne,

Notre réponse
Madame la Députée,
 
Je vous remercie pour votre réponse, qu’effectivement j’avais déjà reçue, qui  montre votre intérêt pour la cause animale.
J’espère vraiment que vous obtiendrez gain  de cause pour la reconnaissance juridique de l’animal mais il me semble qu’en attendant, les parlementaires peuvent voter des lois abolitionnistes pour en finir avec certaines maltraitances ou actes de cruauté aux animaux. Vous avez bien voulu le faire pour la chasse à courre, pourquoi ne pas poursuivre sur votre lancée avec le vote d’une loi interdisant les cirques avec animaux? 
 
Je vous remercie bien vivement d’y penser !
Sincèrement