lundi 19 août 2013

CONSTAT SUR LE MOUVEMENT DE LA CAUSE ANIMALE EN FRANCE

Ce document  auquel nous souscrivons entièrement est en ligne sur la page Facebook de "Libération Animale" 

Nous reprochons à trop de gens qui disent ’’d’abord les humains’’ de ne pas se sensibiliser à la cause animale, alors que beaucoup d’entre nous pensent encore ’’d’abord les animaux’’ !

Notre combat pour les animaux ne doit pas être exclusif car il s’adresse à toutes et à tous.

Nous devons être cohérentes/cohérents pour que nos idées soient prises au sérieux par le plus grand nombre ! L’humain n’est-il pas lui aussi un animal ? Être pour la cause animale, c’est être pour l’égalité de traitement des êtres sensibles (de tous les êtres sensibles : animaux-humains et animaux-non humains !). Le racisme est l’expression de la discrimination envers des animaux-humains sur des bases stupidement subjectives ! Le racisme n’est pas une opinion politique puisqu’il existe du racisme dans tous les partis et bords politiques (de droite comme de gauche). Le racisme est une forme de discrimination, la même que subissent les animaux pour qui nous nous mobilisons afin de les défendre, le même genre de discriminations que subissent les femmes avec le sexisme et les homosexuels/homosexuelles avec l’homophobie.

Aujourd’hui, le racisme se banalise à travers la planète par la multiplication des extrémistes et fanatiques de tous bords.

La cause animale n’est malheureusement pas épargnée par ce mépris et cette haine de ’’l’autre’’.
Certaines militantes et certains militants sont aveuglés par des discours racistes et y adhèrent pour de sombres raisons, mais trop souvent juste par peur et ignorance de ’’l’autre’’. Le manque de respect n’est pas propre à une couleur de peau, une origine sociale, une nationalité, une croyance religieuse ou une ethnie ; mais il est tellement plus simple de faire des généralités et chercher des responsables à nos propres peurs et problèmes ! La discrimination basée sur le racisme existe dans notre société et dans la cause animale où désormais, des gens s’en vantent puisqu’être raciste est devenu une chose banale voire insignifiante !
Beaucoup de militantes/militants de la cause animale ne veulent pas prendre position contre le racisme. Elles/ils prétextent ne pas vouloir faire de politique alors que dans un même temps la plupart de leurs actions visent à faire pression sur les politiciens, sur les maires de communes, sur des textes de lois à adopter ou au contraire à abroger… Mais n’est-ce pas complètement politique ? N’est-ce pas ça faire de la politique ? …une pression politique ?
Vouloir un changement de société en basant celle-ci sur une compassion plus importante envers les animaux, c’est directement vouloir transformer quelque chose dans notre société ! Et un changement de société, n’est-ce pas, par définition, un acte politique ? Ce qui ne veut pas dire s’afficher une couleur politique ou adhérer à un parti quel qu’il soit ! Mais agir sur le politique, c’est bel et bien de la politique !

Certaines militantes et certains militants disent ’’qu’un animal se fiche de savoir si la personne qui le sauve est raciste, sexiste ou homophobe !’’. Avoir ce genre de propos banalise encore une fois les discriminations dont souffrent certains humains. Mais surtout, cela reste un faux argument d’un point de vue militant. En effet, militer pour la cause animale ne se résume pas seulement à sauver quelques animaux parmi les milliards qui en ont besoin, c’est surtout vouloir changer les mentalités pour que plus personne n’ait à sauver un animal ! C’est essayer de changer les choses en donnant de vrais arguments pour que les gens provoquent en elles/eux un véritable changement qui conduira à une modification de toute notre société vers plus de respect des êtres sensibles. Car la vraie question n’est pas ’’doit-on être le plus nombreux pour les animaux en acceptant des personnes racistes, sexiste et homophobes ?’’ mais ’’à qui doit aller notre message ?’’. Notre message pour la prise en compte de la cause animale n’est pas un appel pour celles et ceux déjà convaincus, mais bel et bien vers le plus grand nombre de gens. Cet objectif ne pourra se réaliser qu’avec une éthique globale contre toute forme de discriminations. En effet, beaucoup trop de ces personnes ne sont pas ’’encore’’ sensibles à notre message, alors qu’elles/ils, en grande majorité, condamnent le racisme le sexisme et l’homophobie. C’est pourquoi ne pas condamner ces discriminations empêche ces personnes de s’ouvrir à nos valeurs de respect envers les animaux. Elles/ils reprochent à juste titre que les militantes/militants de la cause animale pensent ’’les animaux d’abord’’ alors qu’elles/eux-mêmes pensent ’’les humains d’abord’’ et ne prêtent donc aucune oreille à notre discours. Chacune/chacun ayant ses arguments et convictions, respectables mais incomplètes, car il n’y a pas un combat pour les animaux et un autre pour les humains (ou plusieurs en divisant encore, un combat pour les femmes, les homosexuels, etc…), puisque c’est un combat global pour une éthique de respect de tous les êtres sensibles. Les mentalités ne pourront évoluer avec de mauvaises bases en cloisonnant les revendications communautaires car elles seront immanquablement opposées entre elles et en fin de compte méprisées ou dénigrées (comme c’est le cas actuellement !). Cet état de fait restera ainsi tant que les militantes/militants de la cause animale ne prendront pas en compte cet aspect. Une revendication éthique est le seul moyen d’ouvrir les esprits du plus grand nombre. Même s’il est vrai que les militantes/militants de la cause animale ne sont pas nombreuses/nombreux, il faut pourtant encore diviser ce mouvement incohérent, en lui donnant de véritables et indispensables bases éthiques. C’est une évidente nécessité car il ne s’en portera que mieux après ! La question qui se pose est ’’avec qui militer ?’’. Il a été prouvé dans ce texte qu’il ne faut pas accepter des personnes qui prônent le racisme ou toute autre forme de discriminations. Notons que c’est une simple question de bon sens afin que le message passe mieux auprès du plus grand nombre de gens, mais aussi pour être en accord avec les bases de valeurs éthiques. Il est donc indéniable qu’il ne faut pas cautionner le racisme, le sexisme ou l’homophobie et les banaliser en négligeant leur importance sur l’éthique au sein même de notre propre lutte pour la cause animale. Négliger cet aspect, c’est ne pas donner toutes les chances à nos idéaux envers les animaux. Vouloir rassembler à tout prix, en ne se souciant pas de l’éthique, c’est bafouer nos valeurs de respect de toute vie sensible.

Le but de ce réseau n’est pas de faire un seul mouvement pour la cause animale, mais d’en faire au moins 2 :
- Un mouvement éthique basé sur les principes de respect des animaux-humains (toutes et tous quelles/quels que soient leurs couleurs, origines, sexualité…) et des animaux-non humains (à plumes, poils, écailles…) dans le respect de la planète et de la biodiversité.
- Un autre mouvement qui serait un ramassis de toutes/tous les autres (racistes et gens qui s’en fichent !).
(En Allemagne et en Angleterre, il existe 2 mouvements pour les animaux dont l’un est plus ou moins ouvertement raciste et un autre profondément contre. Ils font chacun leurs propres actions sans jamais s’associer !)

Le mouvement pour la cause animale a besoin d’avoir une éthique dans son principe même loin de toute influence politicienne (donc en dehors de tout parti politique) ou religieuse, afin de pouvoir prétendre à un véritable impact sur la société. Ceci étant une simple question de crédibilité portée par une vraie légitimité en se basant sur le respect de tous les êtres sensibles donc contre toute forme de discriminations.
Il est donc temps de prendre nos responsabilités en affirmant nos idéaux en prenant, nous aussi, position !
Affirmons notre combat contre toutes les inégalités et discriminations (racisme, sexisme et homophobie).

Ce réseau veut donc rassembler toutes les sensibilités de la cause animale qui ont une véritable éthique contre toute forme de discrimination (racisme, sexisme, homophobie). Il porte donc les valeurs d’une cause animale noble et débarrassées des idées nauséabondes véhiculées par certaines et certains. De ce fait, il n’en sera donc que plus fort en rejetant les compromis et les complaisances envers quelque discrimination que ce soit. Il met ainsi en avant l’éthique de justice pour tous les êtres sensibles (animaux-humains ou animaux-non humains) dans le respect de la planète et de la biodiversité.

Nous sommes aujourd’hui face à un choix important pour notre éthique. En effet, soit on est ’’CONTRE’’ le racisme, le sexisme et l’homophobie (dans la cause animale et en dehors) en se positionnant clairement. Soit on ne dit rien ce qui revient à cautionner indirectement le racisme, le sexisme et l’homophobie dans la cause animale et dans notre société. De ce fait, se taire c’est laisser ces idées se banaliser et prendre racine dans les esprits (car vouloir rester neutre, c’est forcément choisir de ne pas critiquer et laisser faire !). C’est donc être ’’POUR’’ !
(Consulter le charte ici)
Il va de soi que nous nous inscrivons dans cette partie :

"- Un mouvement éthique basé sur les principes de respect des animaux-humains (toutes et tous quelles/quels que soient leurs couleurs, origines, sexualité…) et des animaux-non humains (à plumes, poils, écailles…) dans le respect de la planète et de la biodiversité."