lundi 31 décembre 2012

La Libération Animale, c'est quoi?

Pour faire simple, il existe trois courants dans le mouvement animaliste: le welfarisme, le néo-welfarisme et le véganisme.
Chaque courant pouvant avoir plusieurs dénominations.

  • Le welfarisme ou l'idéologie pour le bien-être animal travaille à une amélioration des conditions de vie et de mort des animaux mais il ne remet pas du tout en cause le fait même de les exploiter. Ce courant, historiquement le plus ancien, est encore le plus puissant et conduit à des dérives comme celui de "la viande heureuse". (Nous reviendrons dans un autre billet sur ce concept de la "viande heureuse") Il ne s'agit pas ici de se garder de consommer quel que produit animal que ce soit mais plutôt de faire le choix de viandes d'animaux  qui auraient eu une vie heureuse dans des prés et dont le boucher connaît bien l'éleveur. Cela permet de ne pas se remettre en cause (c'est plus facile d'accuser son voisin allant voir des corridas que de modifier ses habitudes alimentaires) et de se donner bonne conscience: les animaux sont bien traités donc je peux les manger ! C'est pourtant par notre bouche que nous faisons le plus de victimes animales qui se comptent par milliards (voir le mouvement Abolition de la Viande)  et c'est ce sujet qui est le moins combattu dans la mouvance animaliste.
  • Le néo-welfarisme associe  welfarisme et abolitionnisme. Le welfarisme est perçu comme un pis aller en attendant mieux.  De prime abord, cela peut être séduisant. Des campagnes welfaristes  peuvent soulager un peu la détresse animale, et cet "un peu" n'est pas négligeable. Pourtant cela génère des confusions (l'exploitation animale est-elle normale ou pas? ) et retarde donc d'autant l'idée forte que nous ne devons pas traiter les animaux en esclaves. Cela est d'autant plus vrai que la seconde partie de leur démarche, l'abolitionnisme est souvent mis de côté. On dira "non aux élevages industriels' alors que nous devrions dire "non aux élevages"! L'aspect financier n'est pas à négliger non plus dans cette analyse. Les défenseurs des animaux se montrent bien plus généreux à l'endroit des associations welfaristes ou néo-welfarises qui promettent des résultats sur le court terme même si les résultats tardent à venir ou ne correspondent  pas à la demande initiale.
  • Le véganisme est une pensée philosophique  qui exclut toute consommation de quel que produit animal que ce soit et qui se prononce donc contre toutes les formes d'exploitation quand bien même des efforts sont faits pour améliorer la qualité de vie des animaux.  Un  courant de pensée dit de "Libération Animale" est initié dans les années 1970 par Peter Singer. Il y a toutefois une controverse puisque ce même Peter Singer dira aussi "Si quelqu’un fait l’effort de ne consommer que des animaux qui ont eu une vie bonne, cela peut être une position éthique défendable. Ce n’est pas ma position, mais je ne critiquerais pas une telle personne." C'est d'ailleurs le courant Singer qui a conduit, en France notamment, la percée du mouvement néo-welfariste et utilitariste. Peter Singer est, à l'instar de Jeremy Bentham, un utilitariste. Pour faire simple, pour sauver un nombre x d'êtres vivants (des humains), on peut tuer un nombre y plus petit d'êtres vivants (mais là des animaux !!). Ici, nous ne nous reconnaissons pas d'un Peter Singer ou même d'un Tom Regan qui vient à prétendre que la vie de millions de chiens est bien moins importante que la vie d'un seul humain parce que les chiens n'auraient pas conscience de leur vie !  Nous nous reconnaissons plutôt de philosophes comme Gary Francione ou Steven Best. En France, le philosophe Jacques Derrida est welfariste ainsi qu'en Angleterre, Jean-Baptise Jeangène-Willmer pourtant l'auteur de l'excellent ouvrage "Ethique Animale". Si vous connaissez une ou un philosophe français pour la libération animale, merci de nous en informer!
Nous pourrions ajouter deux autres courants: les droits des animaux et les abolitionnistes.
  • Les droits des animaux est une définition ambiguë qui peut vouloir dire soit le droit d'être bien traité lors de son exploitation telle que le stipule en clair la Déclaration des Droits des Animaux de la LFDA, soit d'autres associations, comme DDA qui pensent plutôt que nous devrions accorder aux animaux des droits fondamentaux comme celui de vivre libre etc.
  • Les abolitionnistes d'une forme d'exploitation .. L'idée en soi peut être généreuse et nous serions tous très heureux si la corrida était abolie ou bien l'élevage d'animaux, le piégeage et le commerce de fourrure interdit. Mais s'il y a des causes nobles qui ont la quote auprès des militants, d'autres sont toujours passées sous silence. Ainsi, les associations anti-corrida font-elles l'impasse sur la question des tauromachies françaises comme les camarguaises ou les landaises. Les opposants à la fourrure ne protestent pas plus contre le cuir que la laine et nous pourrions ainsi multiplier les exemples.
Vous comprenez sans doute maintenant ce que signifie "libération animale". C'est la volonté qu'il soit mis fin à toute exploitation animale sans exception (production de miel par exemple) .ainsi qu'à toute mort programmée par l'homme. 

Des arguments comme l'antispécisme , l'égalité animale et la sentience( capacité pour les animaux à sentir le bien-être, la souffrance, ressentir  des émotions)sont avancées pour justifier cette position vis-à-vis des animaux.

Nous nous situons donc dans ce courant de pensée. Comme d'autres avant nous, nous allons tout mettre en oeuvre afin que ce dernier soit  porté sur la scène politique, soit connu des citoyens (habitants de la cité). Il s'agit bien en effet d'actions politiques puisque nous avons le souhait d'amener les humains à reconsidérer la place des animaux non humains sur terre,à prendre conscience  du fait que leur vie n'appartient qu'à eux, qu'ils y tiennent tout autant que nous, qu'ils fuient la souffrance à notre instar, et sont doués d'une capacité à sentir et ressentir les choses, aimer,faisant preuve de compassion à l'égard d'autres êtres sentients.
S'agissant donc d'une action politique, on peut mieux comprendre qu'il est impossible de s'associer ou même d'accepter de travailler avec  des groupes, associations ou partis politiques racistes, homophobes etc.

Si vous vous sentez en adéquation avec cette vision des choses, vous êtes les bienvenus pour mener des actions avec nous.